Des emplois à la pelle dans la fibre optique

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Digi-Corp, une PME avignonnaise a imaginé une formation innovante pour les publics en insertion. Boulot garanti à la sortie.Quatre semaines à tirer des câbles, à apprendre la soudure de précision au micron près, un diplôme reconnu par la profession en poche - il n’existe toujours pas de diplôme d’État pour les métiers de la fibre optique -, et un boulot assuré. Alors que la courbe du chômage est anxiogène, que les entreprises peinent à recruter quand elles ne licencient pas, c’est un peu le conte de fée que viennent de vivre les dix premières personnes formées par Digi-Corp, une start-up d’Agroparc spécialisée dans les nouvelles technologies de sécurité et les télécoms. “Il y a une vraie pénurie de techniciens dans ce secteur, assure Antoine Cadart, directeur commercial et créateur de l’entreprise en 2009. Parmi nos premiers élèves, de 18 à 29 ans, certains avaient des connaissances, voire un diplôme en électricité mais pas tous. On avait même un ancien des Beaux-Arts !” Tous seront embauchés en mai pour participer à la construction du réseau très haut débit en Vaucluse. Après avoir été sous-traitant pour tous les opérateurs de téléphonie et ‘fibré’ des quartiers entiers, Digi-Corp s’oriente sur le créneau de la formation en profitant du lancement de Vaucluse Numérique (lire ci-dessous). “Nous nous positionnons sur le volet insertion en lien avec Pôle emploi, le Plie et Sagacité, des organismes d’accompagnement des chômeurs. A l’autre bout de la chaîne, Adecco qui s’occupe du placement des jeunes et Axione qui a obtenu le contrat de délégation de service public pour l’installation du réseau en Vaucluse. C’est un partenariat bénéfique pour tout le monde.” Antoine Cadart ne compte pas s’arrêter là, d’autant que la demande est immense. Pour cette première session de formation encore confidentielle, il a fallu choisir parmi plus de cent candidats. Et les demandes ne cessent d’affluer. “On a mis au point une formation plus complète de six mois qui permettra d’avoir des techniciens très pointus en réflectométrie, une compétence rare et recherchée. Là, les salaires sont très élevés.” Et des discussions devraient être entamées au niveau du ministère pour étendre ces formations à d’autres départements. “C’est un secteur d’avenir, aux possibilités illimités, assure Antoine Cadart. Les monteurs câbleurs démarrent au-dessus du smic, mais on peut vite progresser, créer sa PME, décrocher des missions à l’international. Il y a encore au moins vingt-cinq ans de travail pour ‘fibrer’ tout le territoire français. Quand le réseau sera construit, il faudra toujours des techniciens pour sa maintenance.” La fibre optique ne connaîtra pas la crise.

KATHY HANIN

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »