Digi-corp développe une machine pour crier au loup

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Cette jeune entreprise d’Agroparc teste un prototype depuis un mois

Un appareil entièrement automatisé capable de donner l’alerte à l’approche du loup et de le repousser, créant comme une bulle de protection autour des troupeaux. À ce jour, une telle machine n’existe que dans les rêves les plus délirants des éleveurs ovins, de plus en plus souvent confrontés au redoutable prédateur à qui on attribue la mort de près de 5 000 moutons en 2011 sur le territoire national.

Mais tandis que les éleveurs le voient en rêve à la faveur de leurs courtes phases de sommeil, discrètement, une entreprise basée à Avignon s’emploie à faire d’un tel dispositif une réalité. Depuis un mois, un premier prototype est entré en phase de test dans un alpage de l’Ubaye. L’entreprise Digi-corp, installée depuis 2009 à Agroparc, estime être en mesure de commercialiser ses premières machines l’année prochaine “dans le cadre d’un partenariat avec l’Union européenne et les communes, grâce auquel les éleveurs n’auront rien à débourser”, avance Antoine Cadart, le directeur commercial de Digi-corp.

Une mystérieuse technologie répulsive

En réalité, cela fait un an et demi que ce projet serait lancé. Concrètement, ce radar se compose d’un chapelet de capteurs optiques, thermiques et infrarouge qui, associés à un algorythme maison capable d’analyser les données et faire la différence entre une marmotte et le “grand-méchant”, doit permettre d’identifier la présence du prédateur, donner l’alerte et même le faire déguerpir. Comment ? Halte là ! “La technologie répulsive est en train d’être brevetée, je ne peux pas en parler”, coupe Antoine Cadart qui promet d’en dire davantage lorsque le développement sera achevé d’ici à quelques mois.

Il y a encore beaucoup de travail afin d’aboutir à un dispositif autonome alimenté à l’énergie solaire et éolienne, suffisamment compact pour être facilement transporté et à même de supporter les conditions climatiques de la haute-montagne, éprouvantes pour le matériel.

Digi-corp a déposé un dossier afin de bénéficier d’aides publiques dans le cadre de Paca Labs, le fond régional qui finance des projets innovants. À plus long terme, une seconde phase de développement viserait à “embarquer” le dispositif miniaturisé sur les moutons afin de détecter le loup même lorsqu’ils paissent de jour en milieu ouvert. Ce n’est pas tout. En bon entrepreneur, Antoine Cadart voit encore plus loin. D’ores et déjà, cet ancien militaire imagine d’autres applications pour les technologies qu’il est en train de développer, particulièrement dans le domaine de la Défense dont il connaît bien les besoins.

Romain CANTENOT

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »